Sexe et foot business: L’affaire Enganamouit remue le Cameroun…

Ce que l’on peut désormais appeler «l’affaire Enganamouit» secoue le milieu footballistique camerounais depuis plusieurs jours maintenant. Celle qui était encore Team Manager de la sélection camerounaise de football féminin jusqu’au 4 novembre dernier avant sa démission au motif de menaces de la part du Président de la Fécafoot, est impliquée dans une affaire de sextape.

Dans sa lettre de démission datée du 04 novembre et adressée à Seydou Mbombo Njoya, président de la Fédération Camerounaise de Football (FECAFOOT), aucune référence à ce qui alimentait pourtant toutes les discussions dans le pays. Une série de sextapes la mettant en scène et ayant fuité sur les réseaux sociaux 24 heures plus tôt. Dans son courrier Gaëlle Enganamouit justifiait sa démission par les menaces récurrentes dont elle était la cible de la part du président de la Fécafoot. Le ton avec lequel la « Meilleure joueuse africaine 2015 » a débuté ses écrits annonçait la couleur : « Je ne me suis jamais adressée à vous de manière discourtoise mais aujourd’hui est le jour de trop, mais surtout la menace de trop !», écrit l’ancienne Lionne Indomptable.

Gaëlle Enganamouit reproche à Seydou Mbombi Njoyo de l’accuser à tord d’immixtion dans les aspects techniques de la sélection nationale féminine et d’outrepasser ses prérogatives de Team Manager. L’ancienne sociétaire de Malaga dans le championnat espagnol, conclut « j’ai servi mon pays avec dignité sur les terrains et je le servirai partout où besoin se fera. Mais ce ne sera sûrement plus avec vous ». C’en était fini de sa collaboration avec les Lionnes indomptables.

Mais pour ses compatriotes et les médias locaux, la lettre de démission de Gaëlle Enganamouit ne visait qu’à reléguer au second plan, ses vidéos intimes apparues quelques heures plus tôt sur les réseaux sociaux, et aussi anticiper son limogeage qui était en gestation.

Selon d’autres sources, sa proximité avec Samuel Eto’o qui brigue la présidence de la Fecafoot lui vaudrait ses déboires actuels. Les ambitions du quadruple Ballon d’or africain de prendre les rênes du football lui ont créé certaines inimités avec l’actuel patron de la Fécafoot. Gaëlle Enganamouit payerait le prix de cette guerre de leadership.

Miss Univers en Israël: l’Afrique du Sud proteste contre la participation de sa miss

Le Zimbabwe tente de séduire ses créanciers internationaux